JUSTICE INTERNATIONALE

Publié le par senou

CPI, une institution néo coloniale !!!

Par SEGNOU Siéwé

Jacques CHIRAC, un Français, ancien Président de la République française, est jugé en France ; Laurent GBAGBO, un Ivoirien, ancien Président de la République de Côte d'Ivoire, est jugé au Pays-Bas. Quel paradoxe historique ! C'est inadmissible, inacceptable !

Donc on veut nous faire croire que la Côte d'Ivoire, cinquante ans après son indépendance est incapable de juger un chef d’État ? Pendant ce temps, le fils du Grand Kadhafi, Saif al islam, lui aussi accusé par la CPI, ne sera pas jugé à La Haye, mais bien en Libye. Pourquoi ces deux poids deux mesures ? Jusqu'à quand continuera-t-on à infantiliser l'Afrique noire ?

Il Faut finalement comprendre une fois pour toute que le CPI a été créée le 17 juillet 1998 pour sanctionner les chefs d’États d'Afrique noire qui refusent de se soumettre aux dictats injustes de l'Occident barbare. La preuve, il n'y a que des Africains qui ont été jugés jusqu'ici (Charles Taylor, Jean Pierre Mbemba, etc.)

Pour revenir au cas de Gbagbo, de quel crime contre l'humanité l'accuse-ton ? La guerre a été déclenchée par la rébellion pour s'emparer du pouvoir qu'elle n'a pas pu prendre par les voies légales à savoir les élections ou un soulèvement populaire comme en Tunisie ou en Égypte. Et le devoir de tout État attaqué est de se défendre, pire lorsqu'il s'agit d'une rébellion. De plus, quand il y a guerre, les deux parties commettent des crimes. C'est depuis 2002 que la Côte d'Ivoire était en guerre. Pourquoi les enquêtes ne sont menées que sur la crise post électorale ? Pourquoi ce n'est que Gbagbo qui est jugé ?

De plus, incapable de prendre le pouvoir même par les armes, c'est l'armée française et les casques bleus de l'ONUCI qui ont fait le travail : bombarder le palais présidentiel, détruire l'intégralité de l'armement de la Côte d'Ivoire, livrer un chef d’État élu à une armée rebelle. Tout cela sans un vote du conseil de sécurité.

Or Gbagbo, qui avait la possibilité de transformer la bataille d'Abidjan en une salle guerre - puisque l'armée loyale et les jeunes patriotes enrôlés n'attendaient que sont ordre pour s'attaquer militairement aux rebelles et même à l'armée française -, a demandé un cessez-le-feu et ordonné, même après sa capture, que l'on dépose les armes.

Qui plus est, Gbagbo avait proposé, pour éviter que la crise ne se transforme en une guerre, le recomptage des voix et avait dit que si au terme de ce recomptage, il s'avérait qu'il avait effectivement perdu les élections, il quitterait le pouvoir. Pourquoi a-t-on refusé cette solution qui pourtant avait été appliquée en Haïti et qui pouvait offrir une issue pacifique à la crise ?

Alors, de quel crime de guerre et crime contre l'humanité accuse-t-on Laurent Gbagbo si ce n'est la volonté de le sanctionner pour avoir refusé de reconnaitre Ouattara que l'Occident lui imposait par la force à lui est aux Ivoiriens comme vainqueur de la présidentielle ?

L’Afrique est fatiguée de tant d'humiliations et d'injustice qu'elle subit depuis des siècles de la part de l'Occident. Il est temps de laisser les africains gérer leurs propres affaires par eux-mêmes et pour eux-mêmes. Nous ne sommes plus des enfants que l'on doit manipuler et duper n'importe comment.

Maintenant, ayant compris que les Africains sont au courant de toutes leur manœuvres et duperies, l'Occident, pour se déculpabiliser, a attribué la gestion de la CPI à une Africaine, la Gambienne Fatou Bensouda. Mais pour quel changement ?

Cette stratégie est connue : donner la gestion à un noir pour mieux agir dans l'ombre. C'est comme les indépendances qui nous avaient été octroyées : l'Occident avait installé des Nègres de service à la tête de nos États et agissait à travers eux.

Est-ce la même stratégie qui est adoptée dans la nomination d'une Africaine à la tête de la CPI ?

Il est difficile que ce ne soit pas le cas. Donc, une fois de plus, laissez l'Afrique en paix !!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mario1988 04/11/2012 18:44

Bonsoir,
Monsieur Segnou Sieke. Je suis très reconnaissant de votre action. De donner les informations objectives sur les faits discimules par les média occidentals, concernant tous les conflits qui
ebranlent le peuple noirs depuis plus de 70 ans.
J'ai grandi en France. Donc je n'ai pas les informations de cette nature.
De plus je viens de prendre connaissance de votre auto-biographie.

De plus, nous peuple noir de la diaspora nous sommes des-informés.

Merci de faire ce travail de mémoire. Nous ne devons en aucun cas achever le combat de Martin Luther King